Le petit jardinier


  
     
     En regardant sur le rebord de sa fenêtre, Castor s’aperçoit que sa plante est fanée : « Il faut absolument que je la remplace!» Castor réfléchit. Quel genre de fleur va-t-il mettre à sa place? Peut-être un myosotis bleu, ou un pétunia blanc… Encore que les roses soient belles aussi. Mais qu’est-ce qui roule sur le plancher tout à coup?
     — Oh! là! là! Petit Castor! J’aurais pu t’aider à porter tous ces paquets!
     Castor est embêté, le sac d’haricots s’est déchiré…
     — Tiens, cela me donne une idée. Et si on faisait pousser des haricots blancs sur le rebord de la fenêtre!, s’écrie Castor tout joyeux.
     Pendant le dîner, Castor et son petit ami se sont bien régalés avec les haricots! Ils en avaient gardés dix qu’ils déposent dans un bol rempli d’eau.
     — Les haricots poussent plus vite si on les met à tremper toute une nuit, explique Castor avant de s’endormir. C’est ce que dit Oncle Samson, le jardinier.
     Le lendemain matin, Castor et Petit Castor vont explorer la remise à outils d’Oncle Samson qui leur a permis de prendre tous les outils de jardinage dont ils auraient besoin. Mais que cherchent-ils au juste?
     — Voilà, s’écrie Petit Castor. J’ai trouvé le manuel de jardinage d’Oncle Samson. Dans le manuel, on explique comment faire pousser les haricots blancs.
     Avant de commencer, Castor et Petit Castor lisent toutes les instructions. Castor prend d’abord un grand pot en terre… et un plus petit. Un plantoir, deux morceaux de pot cassé et un sac de bonne terre. Castor place un morceau de pot cassé au fond de chaque pot. C’est pour que la terre ne sorte pas par le trou. Puis il remplit les pots avec de la terre.
     Maintenant, Castor sort de l’eau les haricots qui ont trempé. Ils sont presque deux fois plus gros qu’avant! Il prend ensuite un bâton qu’il a taillé en pointe, et sur le quel il a fait une petite marque.
     Avec son bâton, Castor fait des trous dans la terre; trois dans chaque pot. Il enfonce le bâton exactement jusqu’à la marque. Comme ça, les trous sont tous de la même profondeur. Petit Castor dispose ensuite délicatement un haricot au fond de chaque trou. Puis il bouche le trou avec un peu de terre.
     — Il reste encore quelques haricots, dit Petit Castor.
     — Je m’en occupe, lui répond Castor.
     Aussitôt, Petit Castor va chercher l’arrosoir… et il commence à arroser doucement chacun des pots.
     — Attention! pas trop d’eau, avertit Castor. Sinon, les haricots vont être noyés!
     Tandis que Petit Castor s’applique, Castor sort en cachette de la maison. Il plante les haricots restants dans la plate-bande le long du mur, là où il fait bien chaud, au soleil.
     — Quand on fait pousser des plantes, il faut de la patience, avait prévenu Oncle Samson. C’est vrai, un haricot, on ne peut pas lui dire de se presser. Tout ce qu’on peut faire, c’est l’arroser de temps en temps et attendre. Quand même, c’est fou ce qu’il faut comme patience, Petit Castor. Cela fait presque une semaine qu’on a planté nos haricots… et toujours rien!
     Mais, un matin…
     — Castor! Castor! Ils sont là, ils sont sortis!
     Tous les haricots de Petit Castor ont germé. Dans le pot de Castor, il n’en est sorti que deux. Vite, Castor va chercher deux bâtons de bambou. Il les enfonce dans les pots jusqu’au fond, en faisant bien attention à ne pas arracher les racines. Comme ça, en grandissant, les haricots grimperont le long des tiges.
     Les deux amis n’oublient pas d’arroser chaque jour leurs haricots qui grandissent… grandissent… grandissent! Toute la fenêtre est bientôt envahie de feuillages.
     — Les jolies fleurs, s’écrie Castor.
     — Les jolis haricots, rectifie Petit Castor.
     Castor et Petit Castor cueillent les plus gros.
     — Regarde! Castor, s’écrie Petit Castor, il y a plusieurs haricots blancs dans chaque gousse.
     Chaque petit grain de haricot a une peau blanche. Et à l’intérieur, les haricots sont verts. Avant de les faire cuire, Castor et Petit Castor écossent et décortiquent les haricots. C’est un peu délicat de retirer la peau blanche. Ensuite, ils mettent les haricots quelques minutes dans l’eau bouillante salée, puis ils s’en servent une assiette chacun.
     — Attends, ils vont être meilleurs comme ça, dit Castor en ajoutant une noix de beurre sur les haricots chauds.
     — Tu te rends compte de ce qu’on peut faire avec quelques petits haricots qui viennent de chez le marchand, dit Castor. Une belle plante à la fenêtre tout l’été, et un vrai repas de fête! Dis-moi, Petit Castor, as-tu vu la plate-bande dehors?
     — Oh! Mais ce sont des haricots! Comment est-ce possible?
     — Eh bien devine, dit Castor l’air malicieux. Demain nous mangerons encore des haricots de notre jardin. Qu’est-ce que tu en dis?
     — Miam! répond Petit Castor ravi.

 

     Lars Klinting
     Le petit jardinier
     Paris, Albin Michel Jeunesse, 1997

 

 
LES CONSEILS DE CASTOR, LE PETIT JARDINIER
(extrait du Manuel de l’Oncle Samson)

 

     Les haricots blancs secs, comme ceux que Petit Castor a achetés, sont faciles à cultiver. Ils poussent vite et grandissent de façon incroyable. Chez le marchand de légumes, on trouve d’autres sortes de haricots que tu peux aussi essayer de planter. Les haricots sont des graines, c’est pourquoi, chez un grainetier ou un pépiniériste, tu trouveras un large choix de haricots.
     Le meilleur moment pour planter, c’est le printemps, car les haricots aiment la chaleur et le soleil. Mais on peut aussi les planter à l’intérieur de la maison, à n’importe quelle saison. Les plants ne deviendront peut-être pas aussi beaux et aussi grands, mais c’est très amusant de les voir pousser. Un bon conseil : il faut planter les haricots à une profondeur d’à peu près deux fois leur taille et il ne faut surtout pas oublier d’arroser! La terre doit être toujours humide… mais si l’on arrose trop, on risque de faire pourrir les racines. Grâce au trou au fond du pot, le surplus d’eau peut s’écouler.
     Les haricots secs sont très durs, il faut les faire cuire un bon moment avant de pouvoir les manger. Par contre, les haricots frais sont tendres, et ils cuisent en quelques minutes. On ne peut pas planter les haricots frais. Ce n’est qu’une fois qu’il est sec que le petit haricot est prêt à prendre racine et à grandir.
     On peut laisser quelques gousses de haricots mûrir et sécher sur le plant. On les cueille alors un peu plus tard, en automne, et on les conserve dans la maison, au sec, pendant tout l’hiver.
     Au retour du printemps, tu peux planter les haricots dans les pots. Les haricots poussent à nouveau et tout recommence…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s