Cette maison est à nous tous

Cette maison est à nous tous_1

             

       Georges est à l’intérieur d’une maison… en carton.
       — Cette maison est à moi et personne ne peut rentrer ! dit-il.
       — La maison n’est pas à toi, dit Laure. Elle appartient à tous.
       — C’est pas vrai. Cette maison est à moi ! crie Georges.
       Laure et Marthe vont vers les balançoires.
       — La maison n’est pas à Georges, n’est-ce pas ? demande Laure.
       — Bien sûr que non ! répond Marthe.
       Laure et Marthe guettent l’intérieur de la maison par la fenêtre.
       — La maison ne t’appartient pas et on va rentrer, déclarent-t-elles.
       — Ça, jamais ! Ce n’est pas une maison pour les filles.
       Entretemps, Frédéric passe par là avec Lapiny.
       — Je vais coucher Lapiny, annonce-t-il.
       — Tu ne peux pas, dit Georges. Ce n’est pas une maison pour les minus.
       Frédéric fait un tour avec Lapiny dans la voiture dont Charlène et Marlène ont changé la roue. Il se plaint :
       — Georges ne nous laisse pas rentrer à la maison.
       Charlène, Marlène, Frédéric et Lapiny vont droit vers lui.

 

Cette maison est à nous tous_2
       — Arrêtez ! crie Georges.
       — On va réparer le frigo, disent Charlène et Marlène.
       — Pas du tout ! C’est pas une maison pour des jumelles !
       L’avion de Louis atterrit à l’intérieur de la maison et il va le prendre.
       — Où vas-tu ? demande Georges.
       — Le vol 505 s’est écrasé et je vais secourir les passagers.
       — Tu ne peux pas rentrer ici ! s’oppose Georges.
       Louis demande de l’aide par radio :
       — Docteur Sophie ! Docteur Sophie !
       — En quoi peux-je vous aider ? demande Sophie.
       — L’accès à l’avion est interdit.
       — Je m’en charge ! dit Sophie.
       Sophie et Louis se fraient un chemin parmi la foule.
       — Laissez passer le docteur, dit Louis.
       — On va rentrer ! annonce Sophie.
       — Pas du tout ! C’est pas une maison pour des gens qui portent des lunettes.
       Rasheda a une idée :
       — Je vais creuser un tunnel.
       — Va-t’en. Cette maison est à moi ! dit Georges.
       — Et ça c’est mon tunnel à moi ! répond Rasheda.
       — Va creuser tes tunnels ailleurs. C’est pas une maison pour des gens qui aiment les tunnels !
       On entend beaucoup de bruit autour de la maison. Il fait très chaud.
       Georges veut aller faire pipi.
       — Je vais sortir, annonce-t-il. PERSONNE NE PEUT RENTRER ICI PENDANT MON ABSENCE.

 

Cette maison est à nous tous_3

        Aussitôt parti, Laure, Marthe, Frédéric, Lapiny, Marlène, Charlène, Louis, Sophie et Rasheda rentrent et s’installent à l’intérieur de la maison.
       Quand Georges revient, il n’y a plus de place pour lui.
       — C’est pas une maison pour les roux ! dit Charlène.

 

Cette maison est à nous tous_4
       Georges commence à crier et à envoyer des coups de pieds…
       Puis, tout d’un coup, il s’arrête, réfléchit… et dit alors :
       — Celle-ci EST une maison pour roux, pour filles, pour minus, pour jumelles, pour les gens qui portent des lunettes et pour les gens qui aiment les tunnels !
       — Parce que, crient Laure, Marthe, Frédéric, Marlène, Charlène, Louis, Sophie et Rasheda tous ensemble,
CETTE MAISON EST À NOUS TOUS !

 

Cette maison est à nous tous_5

 

Michael Rosen ; Bob Graham
This Is Our House
Massachusetts, Candlewick Press, 2005
(Traduction et adaptation)
Publicités