Ma mère est trop

 

Ils étaient dix petits enfants
Assis en rond autour d’un jeu
Ils étaient loin de leurs mamans
Et ça les embêtait un peu…

 

MMT1

Léonard dit :
— Moi, ma maman est PROFESSEUR dans le plus grand collège de France.
Ses élèves sont de grandes personnes.
Elle leur apprend tout ce qu’elle sait et elle travaille beaucoup pour connaître encore plus de choses.
Des amis de maman me disent : « Tu as de la chance d’avoir une maman pareille. Tu vas sûrement suivre son exemple quand tu seras grand… »
 
J’aimerais bien être professeur comme elle plus tard, mais je crois que je ne suis pas aussi intelligent qu’elle…
 
— C’est comme nous, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants.

 

MMT2

— Moi, dit Gaétan,
ma mère est EXPLORATRICE.
Elle va souvent dans des forêts tropicales pleines de serpents et de poisons. Elle cherche des orchidées ou d’autres plantes bizarres.
Quand elle part pour ses voyages, j’ai peur.
Un jour je l’ai vue à la télé. J’étais fier !
 
J’aimerais bien être explorateur comme elle plus tard, mais je crois que je ne serai jamais aussi courageux qu’elle…
 
— C’est comme nous, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants.

 

MMT3

— Moi, dit Agathe…
ma maman est DIPLOMATE.
Elle va dans tous les pays du monde. Elle parle plein de langues.
Elle discute avec des ministres, des présidents et même des rois.
Après, elle explique tout aux journalistes.
Quand elle voyage, elle a droit à une valise spéciale où elle peut mettre tout ce qu’elle veut. Ça s’appelle la valise diplomatique.
On déménage souvent, alors je dois quitter mes amis et m’habituer à une autre maison. Je voudrais qu’elle soit plus souvent avec moi, rien que pour moi.
 
J’aimerais bien être diplomate comme elle plus tard, mais je crois que je ne pourrai pas rester si loin de mes enfants.
 
— C’est comme, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants

 

MMT4

— Moi, dit Larissa…
ma mère est MAIRE de la ville.    
Elle commande la mairie.
Elle fait des mariages, des inaugurations, des discours, beaucoup de réunions.
Elle décide des travaux pour arranger la ville, pour aider les gens qui en ont besoin.
Mais certaines personnes la critiquent en disant qu’elle ne fait rien.
Cela me fait de la peine.
Quand elle met son écharpe bleu-blanc-rouge, tout le monde doit lui obéir.
 
J’aimerais bien être maire comme elle plus tard, mais je crois que je ne serai jamais assez forte pour avoir son pouvoir.
 
— C’est comme nous, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants.

 

MMT5

— Moi, dit Clovis…
ma mère est une SAVANTE.
Elle cherche toujours quelque chose dans son laboratoire.
Elle connaît la chimie, les mathématiques, la biologie.
Elle rencontre souvent d’autres savants et travaille avec eux.
Tout ce qu’elle dit est juste, alors j’ai peur de dire des bêtises.
Elle n’a pas beaucoup de temps pour regarder mon travail et ne me dit pas souvent que c’est bien.
 
J’aimerais bien être chercheur comme elle plus tard, mais je crois que je ne pourrai pas travailler autant qu’elle.
 
— C’est comme nous, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants.

 

MMT6

— Moi, dit Ninon…
maman, elle invente des modèles de robes, de bijoux, de chapeaux, de gants.
Elle est STYLISTE et elle a des idées sans arrêt.
Elle connaît plein de couturiers, des acteurs, des gens de la télé.
Des gens me disent : « Lyane OMBELLE-DELAROCHE, c’est ta mère ? Quelle chance ! »
Parfois je voudrais changer de nom…
Souvent, elle va montrer ce qu’elle fait dans des salons où elle rencontre d’autres gens qui sont à la mode.
 
J’aimerais bien être styliste comme elle plus tard, mais je crois que je n’ai pas assez d’imagination pour cela.
 
— C’est comme nous, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants.

 

MMT7

— Moi, dit Biaise…
ma mère est CHANTEUSE.
Elle chante à l’Opéra, ou bien dans des concerts.
Chaque fois, c’est annoncé dans les journaux et à la télé.
Tout le monde l’admire et lui dit qu’elle est formidable : elle aime bien ça.
Parfois, elle s’entraîne à la maison. Sa voix est douce et d’un seul coup très forte, on dirait qu’elle coule toute seule. Ça me donne des frissons.
Elle a commencé à entraîner sa voix à huit ans parce qu’elle était douée.
Depuis elle travaille tous les jours.
 
J’aimerais bien être chanteur comme elle plus tard, mais je crois que je ne suis pas doué comme elle.
 
— C’est comme nous, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants.

 

MMT8

— Moi, dit Salomé…
maman est CHEF D’ENTREPRISE.
Elle dirige beaucoup de gens dans ses bureaux, ses usines et ses magasins.
Elle achète et vend des marchandises dans le monde entier.
Elle est toujours pressée.
Même à la maison, son téléphone sonne souvent et elle répond d’une voix nette et forte parce que c’est la chef.
Parfois, à la radio, elle écoute des nouvelles avec des chiffres. Elle dit que c’est la Bourse.
D’autres fois, elle est très fatiguée et il ne faut pas lui parler.
 
J’aimerais bien être chef d’entreprise comme elle plus tard, mais je crois que je ne saurai jamais commander aux autres.
 
— C’est comme nous, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants.

 

MMT9

— Moi, dit Anselme…
ma mère est ACTRICE.
Elle fait des spectacles, elle part en tournée.
Elle m’appelle tous les jours en vitesse mais elle me manque quand même.
Un soir, je l’ai vue au théâtre. C’était magique. Elle était belle, elle s’est inclinée pour saluer et tous les spectateurs l’applaudissaient.
Après, j’ai pu aller dans sa loge. Il y avait plein de fleurs et le téléphone sonnait sans arrêt.
Elle souriait et parlait à tout le monde comme si elle était à eux plus qu’à moi.
Ses collègues disent qu’elle ne vieillira jamais.
J’aimerais bien être acteur comme elle plus tard, mais je crois que je ne suis pas assez beau pour être aussi aimé qu’elle.
 
— C’est comme nous, c’est comme nous ! s’écrièrent les autres enfants.

 

MMT10

— Moi, dit Rosine…
maman travaille aussi à la télé : elle est TECHNICIENNE DE SURFACE.
Ça veut dire qu’elle balaie et nettoie les bureaux quand presque tout le monde est parti.
Je ne la vois pas beaucoup le soir parce qu’elle doit partir à son travail et c’est loin.
Elle croise parfois des gens célèbres de la télé et elle me fait rire quand elle les imite.
Souvent, eux ne la voient pas.
Le matin, elle aussi, elle est fatiguée.
Mais elle trouve toujours une minute pour me dire : « Montre ce que tu as fait à l’école. »
Elle ne sait presque pas lire, mais je lui montre quand même et elle m’encourage : « C’est bien. »
Pourtant ce n’est pas toujours bien, car elle ne peut pas m’aider quand je ne comprends pas.
Elle me dit encore : « Travaille à l’école : tu pourras trouver un métier moins ORDINAIRE que le mien. » Et elle m’embrasse.
 
J’ai un peu honte de son métier. J’aimerais bien en faire un autre, mais surtout j’espère que je serai aussi gentille qu’elle.
 
Les autres enfants n’ont rien dit et ont souri…
 

 

Il y a dix petits enfants
Debout, qui se donnent la main
Pour aujourd’hui et pour demain
Et s’en vont avec leurs mamans.

 

Michel Chevillon
Ma mère est trop
Paris, Éditions Fabert, 2009
(Adaptation)
Publicités