En allant à l’école

En allant à l´école1

 

      C’est le matin.
      Dodi et Awa ont chacun une tête, deux mains et dix doigts. Ils ont aussi deux pieds… des pieds nus.
      — Awa, attrape-moi si tu sais courir !
      Dodi s’élance à toutes jambes vers le manguier qui est au coin de la rue. Awa ne bouge pas. Cinq minutes plus tard, Dodi revient.
      Il demande :
      — Pourquoi tu n’as pas essayé de courir plus vite que moi ?
      — Je ne pouvais pas, je dessinais un avion dans le ciel.
      Dodi baisse la tête, regarde Awa et ouvre la bouche. Il n’a pas le temps de dire un seul mot. On les appelle :
      — Dodi… Awa… vite, préparez-vous.

 

En allant à l´école2

     
      C‘est leur premier jour d’école. Pour la première fois Dodi et Awa mettent des chaussures.
      — Ça fait trop mal les chaussures, crie Dodi.
      — Oui, ça fait trop mal … les oiseaux n’ont pas de chaussures eux pour aller à l’école, les fleurs non plus ne mettent pas de chaussures pour apprendre à lire, dit Awa.
      Cinq minutes plus tard, comme tous les autres, ils marchent avec des chaussures aux pieds. Ils arrivent à l’école.
      La directrice, les maîtresses et les maîtres les accueillent à la porte.
      La directrice tient son grand cahier, bien ouvert, dans ses mains.
      Elle dit à Oumou, la maman d’Awa et Dodi :
      — Ils sont inscrits. Ils peuvent entrer et attendre dans la cour.

 

En allant à l´école3

 

      — Awa, j’ai retrouvé mes pieds !
      — Dodi, est-ce qu’on apprend mieux à lire pieds nus ?

 

En allant à l´école4

 

Yves Pinguilly
En allant à l’école
Paris, Éditions Autrement, 2009
Publicités