Le crapaud et le trésor

  crapaudtresor

 

    Nina et Maxi étaient deux souris qui adoraient la plongée sous-marine. Chaque année, elles partaient au bord d’un lac, pour y pratiquer leur sport favori. Elles aimaient l’atmosphère mystérieuse qui régnait sous l’eau, la lumière étrange, les algues qui se balancent doucement et les drôles d’animaux qu’elles y rencontraient.

 

      Cette année-là, Maxi avait fait un petit héritage, et elles purent enfin aller au bord de la mer. Elles en avaient toujours rêvé, mais jamais elles n’avaient pu s’offrir ce rêve. Maxi loua même un petit bateau à moteur, et elles partirent aussitôt loin des côtes, en pleine mer.

 

      Dès leur première plongée, Nina et Maxi firent une découverte fantastique. Elles trouvèrent une ancienne ville de souris, enfouie sous les eaux ! Pendant trois jours, elles descendirent dans les ruines couvertes d’algues et visitèrent chaque recoin. Le quatrième jour, elles firent une autre découverte. Juste en dessous d’elles, un énorme tas de pièces d’or et de pierres précieuses illuminait le fond de la mer. C’était à peine croyable. Nina et Maxi venaient de découvrir le trésor de Montemousa, le roi légendaire des souris !

 

      Une seule chose les dérangeait : elles n’étaient pas seules ! Un vieux crapaud était assis sur le trésor et les regardait d’un air mauvais. Il était énorme, extraordinairement laid, et tout couvert de pustules vertes.

 

      Nina et Maxi remontèrent dans leur bateau et réfléchirent. « Comment faire pour que ce vilain crapaud s’éloigne ? » se demandait Maxi. « Il est tellement gros qu’il ne va pas se laisser impressionner par deux petites souris. Il doit être terriblement vieux, dans les cent ans au moins, peut-être plus. »

 

      « C’est vrai qu’il n’est pas très joli », dit Nina, « mais je ne crois pas non plus qu’il soit très méchant. Il a quelque chose de triste dans le regard. Je crois que ça fait longtemps que personne n’a été gentil avec lui. »

 

      « Humm… tu as peut-être raison », répondit Maxi. « Écoute, j’ai une idée. On va lui faire un cadeau, ma montre étanche par exemple. On va bien voir sa réaction ! »

 

      « C’est une excellente idée ! » dit Nina.

 

      Maxi alla chercher sa montre, et elles redescendirent au fond de l’eau. Le crapaud semblait les attendre. Maxi s’approcha doucement et lâcha la montre devant lui. Le crapaud regarda la montre tomber lentement, puis il la prit dans sa patte. Nina lui fit des gestes pour lui faire comprendre qu’il s’agissait d’un cadeau.

 

      Alors la bouche du crapaud s’élargit, et un sourire se dessina sur son visage. Il s’aperçut aussi que la montre faisait tic-tac, et il en fut tout heureux. Il plaqua la montre contre son oreille et fit un mouvement avec sa grosse tête. C’était sûrement sa façon de dire merci. Puis il se leva lentement et partit en serrant la montre contre lui.

 

      Une fois le crapaud parti, Nina et Maxi se dépêchèrent de charger le trésor sur leur bateau. Elles laissèrent quand même un petit tas de pierres précieuses, pour que le crapaud ne soit pas triste quand il reviendrait.

 

      Mais il y a fort à parier qu’il ne s’était pas aperçu qu’il était installé sur un trésor.

 

      D’ailleurs, qu’est-ce qu’un crapaud aurait bien pu faire d’un trésor ?

 

Erwin Moser
Un drôle d’invité
Paris, l’école des loisirs, 1990
Publicités