L’île aux câlins

 

Aujourd’hui, Lola va rester seule à la maison… pour la première fois.
Maman lui fait son câlin préféré.
― Si tu te sens seule, lui dit Papa à l’oreille, tu peux aller chez la voisine.
 
Dès que Papa et Maman sont sortis, Lola pense déjà : « Ici, il n’y a plus personne pour me faire un câlin. Et moi, je n’aime pas la voisine ! »

 

« Même à la télé, dans les dessins animés, personne ne pense à se câliner. »
« Que faire ? » se demande Lola. « Je ne vais pas bouder : il n’y a personne pour me regarder. »
Soudain, Lola a une idée : « Je vais apporter ici tout ce qui est doux et je vais construire mon île aux câlins. »
 

Une couverture, un oreiller, c’est doux.

 

 
Les seaux et les balais, pas doux !

 

 
Le papier rose et blanc, c’est doux.

 

 
Les casseroles, pas doux du tout.
 
Dans la cuisine, tout colle. Plus rien de doux.
 
Les serviettes de bain ? C’est câlin.
 
La poubelle, ça pue et ce n’est pas doux.

 

Le dinosaure en peluche rose, il est moche… mais qu’est-ce qu’il est doux !

 

 

― Ça alors ! s’écrient Papa et Maman.
 
Au milieu du désordre, ils finissent par voir une boule de fourrure endormie.

 

 

 

― Bienvenue sur mon île aux câlins ! s’écrie Lola en se réveillant.
 
Lola se fait gronder. Elle doit tout ranger.
 
C’est dur de ranger. Ça dure de ranger !

 

 
Papa et Maman sont déjà moins fâchés.
― Nous allons t’aider, Lola !
 
― Maintenant, je n’ai plus d’île, dit Lola.
― Mais nous sommes là, mon cœur, tout près de toi.

 

 

Lola n’arrive pas à s’endormir.
Ce soir, son lit n’est pas assez doux, pas assez chaud.
 
Alors elle a une nouvelle idée.
Sur le bout des pattes, elle se glisse en silence hors de sa chambre…

 

 
« L’île aux câlins, cette nuit, c’est ici. »

 

 

Publicités