Pas belle

 

 

Papa, il dit que je suis belle…
Mais je sais que ce n’est pas vrai.

 

Il dit ça parce qu’il m’aime bien.
Mais moi, je vois bien que je ne suis pas très jolie.

 

Je ne suis pas comme les filles dans les magazines.
Moi, on ne me choisirait pas !

 

 

Je ne suis pas idiote. J’ai réfléchi à ça…
Je ne suis pas assez jolie !
Mais si !
Oui, mais toi, tu es mon papa !
Mais si, tu es jolie et tendre !
Mais il y a mieux que moi ! Pourquoi on me choisirait, moi ? Il n’y a aucune raison… ou alors on aurait mauvais goût…

 

 

Papa dit que c’est important d’avoir des qualités de cœur, d’être généreux, sensible, intelligent.

 

Je suis comme ça.
C’est vrai que c’est important.
Mais moi, je vois bien que ce n’est pas aussi important… que d’être belle.

 

Vanessa, dans ma classe, elle est belle, super belle…
 

 

Voilà Vanessa !
T’as vu ? Tout le monde vient près d’elle !
Elle a une nouvelle montre !
Oh, elle est belle ta montre !
Je m’en fiche !
T’as vu ? Même la maîtresse lui sourit !
 
 

 

C’est vrai que tout le monde la regarde !
On ne peut pas faire autrement.
Tout le monde est gentil avec elle. C’est normal, elle est parfaite.
Même la maîtresse, elle l’adore !
Faut voir les sourires idiots qu’elle lui fait !

 

Ça m’énerve. Je croyais que les maîtresses, c’était pas comme ça.
C’est toujours Vanessa qui peut ramasser les cahiers… ou laver le tableau.
Et la maîtresse ne la gronde jamais !

 

Elle m’énerve !
JE LA DÉTESTE !

 

Pourtant, parfois, j’aimerais bien être comme elle.
… et parfois, pas !

 

Vanessa, elle a tout ce qu’elle veut.
Moi, je vois bien que quand on est belle, on est aimé et respecté… plus que quand on est seulement gentil.
Je voudrais échanger toutes mes qualités contre la beauté.

 

 

Je voudrais être comme il faut être.

 

Les gens ont raison de ne pas m’aimer.
Je ne suis pas assez bien !
Je voudrais disparaître dans ma carapace… comme une tortue.

 

J’EN Al MARRE !

 

 

Je ne me montrerai plus jamais !
Je ne bougerai plus.
Je ne me laverai plus.
Je ne me coifferai plus.
Je vais disparaître.

 

(De toute façon, j’ai déjà commencé à disparaître !)

 

On fait les groupes !
Choisissez votre partenaire !
Que fais-tu là, toute seule, Stéphanie ?
Personne ne m’a choisie.

 

Pourquoi on ne me voit jamais ?
Comment ils font, les autres ?

 

Est-ce que j’ai les bonnes proportions ?
Est-ce que quelqu’un… a déjà eu envie d’être comme moi ?
Est-ce que Papa et Maman m’échangeraient contre une plus belle petite fille ?

 

 

Et moi, est-ce que j’échangerais Bibie contre Lolita ? Laquelle j’aime le plus ?
Je trouve Lolita belle. Mais est-ce que je l’aime ?

 

 

Papa, tu serais plus heureux si j’étais plus jolie ?
Et toi, Stéphanie, tu serais plus heureuse si j’étais plus beau ?

 

L’autre jour, Papa m’a dit que, c’est vrai, on est attiré par les gens qui sont très beaux. C’est comme ça.
Pourtant, au bout d’un moment, on s’habitue à eux, et on ne voit plus ce qui nous semblait beau… Leur visage semble banal.

 

Papa m’a donné une carte postale. C’est un magnifique coucher de soleil.
Papa m’a dit de le regarder très fort. Très fort…

 

 

 

Regarde comme c’est beau !
Wouaah ! C’est beau !
C’est beau, hein ?
Oui. C’est beau.

 

Ça m’ennuie…
Je peux arrêter de regarder ?

 

Papa m’a dit que mon visage n’est pas comme une carte postale.
Peut-être qu’on ne le voit pas tout de suite…
Puis un jour, on le regarde.
Et quand on l’a découvert, on ne peut plus s’en passer.

 

 

Il dit que mon visage est un pays à découvrir.
On y trouve son coin à soi, que personne ne connaît.
Et on y retourne quand on veut, car on connaît le chemin caché…

 

 

 

Claude K. Dubois
Pas belle
Paris, l’école des loisirs, 2008
(Adaptation)
Publicités