Docteur Loup

 

Ce matin, Marc le lapin s’est réveillé malade, et sa maman cherche désespérément un docteur. C’est le Docteur Loup qu’il faut aller voir, lui conseille le hibou.
Le Docteur Loup ? Est-ce bien prudent ?
 

 

 

   Ce matin, Marc s’est réveillé un petit peu malade. Il n’a même pas faim.
   Sa maman décide de l’emmener voir un docteur, car elle a un peu peur pour son Petit Lapin.
   Elle le prend par la main, et l’emmène voir le Docteur Taupe.

 

   Le Docteur Taupe cligne des yeux et dit :
   « Il faut que cet enfant creuse des tunnels sous la terre. Plein de tunnels. C’est comme ça qu’il guérira. »
   « Drôle de médicament » se dit maman Lapin, et elle va voir un autre docteur.

 

   Le Docteur Chien a une idée :
   « Et s’il rongeait trois os par jour ? » dit-il.
   « Non merci », dit la maman, « pour qu’il s’abîme les dents ! »
   Et elle l’entraîne chez le Docteur Oiseau.

 

   Le Docteur Oiseau veut le soigner en l’obligeant à voler.
   « Marc, redescends tout de suite, tu vas tomber ! » crie maman Lapin.

 

   Chez le Docteur Chat, c’est encore autre chose. Il dit à Marc :
   « Mon garçon, rien de tel qu’un bon pâté de rat ou une tarte à la souris. »

 

   Maman Lapin est furieuse.
   Les petites souris sont leurs amies et il faudrait les manger ?
   Pas question !

 

   Ils vont voir le Docteur Poisson qui leur fait une ordonnance :
   « Il faut plonger et nager sous l’eau très longtemps. »
   Les petits lapins ne savent pas du tout faire cela.

 

   Ils ont tellement marché, que la nuit est tombée.
   « Aucun docteur ne peut soigner mon enfant », dit maman Lapin, découragée.

 

   « Mais si », dit le hibou qui a tout entendu.  « Moi, j’en connais un : c’est le Docteur Loup. »
   « Le Docteur Loup !? » dit la maman affolée.
   « Mais les loups sont méchants, ils mangent les petits lapins ! »
   « Pas celui-là, madame Lapin », dit le hibou, « je vous assure que vous devriez le consulter. Attendez, je vais l’appeler ! »
   Et avant même que maman Lapin puisse protester, le hibou lance son cri :
   « Houououou ! Houououou ! »

 

   Aussitôt le Docteur Loup apparaît.
   « Je vous en supplie, Docteur Loup, ne mangez pas mon fils ! »
   « Ha ha ha ! » Le loup éclate de rire.
   « Qu’en dis-tu mon garçon ? Tu crois que j’ai envie de te manger ? »
   « N… non. »

 

   Marc a très peur. Les lapins ont toujours eu peur des loups. Mais il ne se sauve pas.
   Il voudrait bien savoir à quoi ça ressemble un loup, de près.

 

   Le hibou a tout vu et s’est approché en deux coups d’aile :
   « Ce petit lapin est malade, Docteur. Il a besoin de vous. »
   « Eh bien ! Suivez-moi. Ma maison est juste à côté ! Donne-moi ta main, mon garçon. »
   Le Docteur Loup sort sa patte de son manteau pour prendre celle de Marc.
   « Viens avec nous, Maman. La nuit tombe et chez le Docteur Loup, on sera à l’abri. »
   Mais Maman Lapin est tellement effrayée qu’elle s’enfuit en se cachant les yeux.
   « Sauvons-nous, Marc ! » crie-t-elle en courant vers les arbres.
   Maman Lapin court bien cinq minutes sans s’arrêter.
   Elle se retourne. Personne !
   Personne ? Même pas Marc. Elle regarde autour d’elle.
   Très loin, elle aperçoit une lueur. Cela doit être la maison du Docteur Loup.
   Malgré sa peur, maman Lapin décide d’y aller.

 

   Prudemment, maman Lapin s’approche de la fenêtre éclairée.
   Elle entend la voix du Docteur Loup : « …et c’est ainsi que le lièvre rusé Segukaro chassa de son village le vaniteux guépard Markirosso. »
   « Tu vois, Docteur Loup : les lièvres sont rusés ! »
   Marc est très content parce que les lièvres sont les cousins des lapins.
   « Ah ! » dit le Docteur Loup en refermant son livre.
   « Crois-tu que tous les lièvres sont rusés, comme tous les loups sont méchants ? »
   Marc réfléchit. Il lève la tête.
   « Maman ! »

 

   Le Docteur Loup installe maman Lapin avec son Marc dans un fauteuil.
   « Le petit Marc n’a rien de grave. Il a mangé un peu trop de gâteau aux carottes. Alors pendant trois jours, trois gouttes de camomille avant chaque repas. Et un seul bonbon par jour. »

 

   Le lendemain matin, maman Lapin remercie beaucoup le Docteur Loup pour son hospitalité.
   Le cœur léger, maman Lapin et son petit Marc retournent chez eux.
   « Quand nous reviendrons voir le Docteur Loup » dit maman Lapin, « nous lui apporterons un bon gâteau aux carottes ! »
   « Mais pas trop gros », dit Marc, « sinon il sera malade ! »

 

Olga Lecaye
Docteur Loup
Paris, l’école des loisirs, 1994
Publicités