À lire quand tu seras seul

 

J’avais 13 ans. Et c’était avec la rage au cœur que j’entrai dans l’adolescence. J’étais plein de colère et prêt à me rebeller ; je faisais peu de cas de ce que mes parents disaient, surtout si cela me concernait directement.
Comme tant d’autres adolescents, je m’efforçais de fuir tout ce qui ne cadrait pas avec ma vision du monde. J’étais un « petit futé qui n’avait pas besoin de conseils » et je rejetais toutes les manifestations d’affection. En fait, même le mot amour me rebutait.

 

Un soir, après une journée particulièrement difficile, je me précipitai dans ma chambre, claquai la porte et me mis au lit. En glissant mes mains sous l’oreiller, je trouvai une enveloppe. Elle disait : « À lire quand tu seras seul ».
Je décidai d’ouvrir l’enveloppe.

 

Voici ce que la lettre disait : « Mike, je sais que la vie n’est pas facile pour toi, je sais que tu te sens frustré et je sais que nous faisons des erreurs. Je sais aussi que je t’aime et que rien de ce que tu diras ou feras y changera quoi que ce soit. Je suis là si tu as envie de parler ; si tu préfères te taire, je respecte ta décision. Je veux seulement que tu saches ceci : quoi que tu fasses et où que tu ailles dans la vie, je t’aimerai toujours et je serai fière que tu sois mon fils. Je suis là pour toi et je t’aime, et cela ne changera jamais. Affectueusement, Maman. »

 

Cette lettre fut la première d’une série intitulée « À lire quand tu seras seul ».
Jamais ma mère et moi ne fîmes allusion à ces lettres.

 

Aujourd’hui, je parcours le monde afin d’aider les autres.
Un jour, je dirigeai un séminaire. À la fin de la journée, une femme est venue me voir pour me parler des difficultés qu’elle rencontrait avec son fils. Nous avons fait une promenade sur la plage et je lui ai parlé de l’amour inconditionnel de ma mère et des lettres « À lire quand tu seras seul ». Quelques semaines plus tard, elle m’a envoyé une carte pour me dire qu’elle avait écrit sa première lettre et l’avait glissée sous l’oreiller de son fils.
Ce soir-là, lorsque je me suis couché, j’ai glissé mes mains sous l’oreiller et me suis rappelé le soulagement que j’éprouvais chaque fois que j’y avais trouvé une lettre. Dans la tourmente de mon adolescence, ces lettres me procuraient la calme assurance qu’on m’aimerait peu importe ce que je ferais, et non pour ce que je ferais.

 

Avant de m’endormir ce soir-là, j’ai remercié la Vie d’avoir eu une mère qui savait ce dont un adolescent rebelle comme moi avait besoin.
Aujourd’hui, lorsque ma vie est secouée par une tempête, je sais que sous mon oreiller se trouve la calme assurance que l’amour — l’amour constant, éternel, inconditionnel — a le pouvoir de transformer la vie.

 

Mike Staver

 

Publicités