Monsieur Marius

 

 

   « Regarde, je suis en train de faire un compagnon à Monsieur Marius ! » dit Chloé.
   C’est ainsi que depuis toujours, les deux sœurs appelaient le bonhomme de neige qu’elles construisaient chaque hiver. Il portait tous les ans son adorable chapeau, sa longue écharpe et ses grandes moufles rouges. Et dès qu’il était terminé, elles le saluaient comme un ami retrouvé après des mois d’absence.
   « On dirait que tu t’es couché dans une flaque de boue ! », dit Chloé au chaton de neige qu’elle venait de finir.
   « Ça t’est égal, n’est-ce pas ? » demanda aussitôt Léa au petit chat.
   Puis elles rentrèrent à la maison annoncer à leur maman le retour de ce cher Monsieur Marius.

 

 

   À peine avaient-elles refermé la porte que Manon passa par là.
   Sa famille venait d’emménager dans la petite maison au bout de la rue.
   « Des enfants doivent habiter ici » pensa Manon en s’arrêtant pour admirer l’élégant Marius.
   « Bonsoir, lui dit-elle. Quelle belle allure vous avez ! Et quel superbe petit chat ! »
   Monsieur Marius et le chat eurent un petit sourire.
   « Maman dit que les choses vont s’arranger très vite pour nous, maintenant que papa a du travail », dit encore Manon.
   Et regardant le petit chat, elle ajouta :
   « J’aimerais tellement te trouver sous notre sapin cette année ! Je t’appellerais Flocon ! »

 

 

   Sur ce, elle fit demi-tour et remonta la rue qui menait à sa petite maison.
   Était-ce parce que la neige crissait sous ses pas qu’elle n’entendit pas le chat lui répondre :
   « Moi aussi, j’aimerais bien être sous ton sapin de Noël ! »
   Manon continua son chemin.
   « Elle ne m’a pas entendu, elle ne s’est pas arrêtée », dit le petit chat.

 

   Un oiseau se posa sur l’épaule de Monsieur Marius.
   « Seuls ceux qui peuvent entendre le bruit que fait un seul flacon de neige en tombant peuvent t’entendre parler, mon petit », murmura l’oiseau.
   « Est-ce que c’est vrai, Monsieur Marius ? » demanda le petit chat de neige.
   « Je crains bien que oui », soupira Monsieur Marius.
   « Mais je voudrais tellement être son Flocon, sous le sapin de Noël ! » reprit le petit chat en miaulant tristement.

 

 

   « Qui pleure ainsi ? » demanda un lapin qui passait par là.
   « Je crois que le chat de neige aimerait être un vrai petit chat ! » rétorqua une souris tout en pointant prudemment le bout de son museau.
   De neige ou pas, elle se méfiait des chats.
   « Je pensais que Léa et Chloé t’avaient créé pour être l’ami de Monsieur Marius », risqua-t-elle.
   « La petite fille a aussi besoin d’un ami », dit Monsieur Marius.
   « Mais hélas, je ne suis fait que de neige… » miaula tristement le petit chat.
   « Lui avez-vous dit, Monsieur Marius ? » demanda alors l’oiseau.
   « Lui dire quoi ? » questionna le chat.
   « Eh bien que ce soir, c’est Noël », expliqua la souris.
   « Et le soir de Noël, les souhaits deviennent parfois réalité », ajouta le lapin.
   « Vous croyez que je pourrais devenir le Flocon de Manon ? » s’écria le petit chat.
   « Tu le sauras à minuit ! » affirma Monsieur Marius.

 

   Il était presque minuit et la lune brillait lorsque le vent commença à danser autour d’eux.
   Des nuées de flocons s’envolèrent.

 

   Soudain, Monsieur Marius s’étira comme s’il s’éveillait après un long sommeil.
   Puis il fit quelques pas, salua tous les animaux à la ronde et se tourna vers le petit chat de neige qui n’avait pas quitté sa place.
   « Es-tu prêt ? » demanda Monsieur Marius.
   « Je suis prêt ! » répondit le chat.
   Monsieur Marius prit alors son chapeau, l’épousseta et les flocons de neige qui s’éparpillèrent sur le petit chat de neige se mirent à miroiter et à scintiller comme s’ils étaient tombés des étoiles, et le petit chat de neige devint flocon.
   « Oh ! Qu’il est beau ! » s’exclamèrent les animaux.

 

 

   Manon n’en crut pas ses yeux lorsqu’un peu plus tard, elle trouva un petit panier sous le sapin. À l’intérieur se trouvait un joli petit chat blanc tout taché de noir. Il ressemblait trait pour trait au petit chat de neige.
   C’était incroyable !

 

 

   Le lendemain, brûlant d’impatience, Manon s’élança vers la maison de Léa et de Chloé. Mais elle eut beau regarder partout, elle ne vit personne aux côtés de Monsieur Marius.
   La porte était ouverte, et les deux fillettes apparurent, prêtes à sortir pour aller jouer dehors.
   « Bonjour, je m’appelle Manon ! lança la petite voisine. Est-ce qu’il n’y avait pas un petit chat de neige, là, près de votre bonhomme ? » demanda-t-elle, tout excitée.
   « Bonjour ! Moi, je m’appelle Léa, et voilà ma sœur Chloé. Bien sûr qu’il y a un chat de neige à côté de Monsieur Marius ! »
   « J’ai bien peur qu’il n’y soit plus », murmura Manon.

 

 

   Manon leur raconta ce qui s’était passé.
   « C’est impossible ! » dit Chloé, songeuse.
   « C’est aussi ce que je pensais, répondit Manon, mais j’ai trouvé ceci sous la couverture de Flocon. »
   « La moufle de Monsieur Marius ! s’exclama Léa. Mais alors… c’est lui qui t’aurait apporté le chat ? »

 

   Elles regardèrent Manon, puis Monsieur Marius.
   Et à cet instant, le silence fut tel qu’on put entendre un flocon de neige tomber doucement.
   Alors toutes les trois entendirent :
   « Joyeux Noël, les filles ! »
   « JOYEUX NOËL, Monsieur Marius ! »

 

 

Kate Westerlund
Monsieur Marius
Paris, Minédition, 2009
Publicités