Pendant qu’il dort

 

Il était une fois un Ours qui vivait bien seul. Tout le monde le fuyait, tellement il faisait peur.
Il portait un grand chapeau amusant qu’il mettait sur sa tête chaque fois qu’il partait se promener. Il se disait que cette vie sans trop s’en faire pour quelqu’un d’autre était finalement idéale, mais au fond, l’Ours se sentait extrêmement seul.

 

Un beau jour, alors que l’Ours était en train de faire une petite sieste, un Pivert s’approcha de lui et commença à creuser un trou dans le chapeau, puis, il s’installa à l’intérieur, comme s’il était chez lui.

 

 

Au réveil, l’Ours fut très surpris de le trouver à l’intérieur de son chapeau. Il n’avait aucune envie d’avoir qui que ce soit auprès de lui. Il n’était pas au bout de ses peines, puisque le Pivert parla de ce merveilleux endroit à tous ses amis qui s’empressèrent de le rejoindre dans le chapeau. Il continua alors à creuser d’autres trous.
« Arrête-toi ! ça suffit ! » s’écria l’Ours.

 

De plus en plus d’Oiseaux s’installèrent dans les trous et au fur et à mesure, le chapeau s’allongea.
L’Ours se sentit tout d’abord perdu, mais peu à peu, il commença à apprécier le chant des Oiseaux et à aimer leur compagnie.
L’Ours alla partout avec son chapeau rempli d’Oiseaux et de leurs chants, aussi, lentement, plus personne ne se sentit effrayé par lui.
Et les autres se mirent également à porter des chapeaux comme celui de l’Ours.

 

 

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes quand un matin froid d’automne, les Oiseaux quittèrent peu à peu leur nid douillet. L’Ours trouva un jour son chapeau vide. Allaient-ils revenir ? Allait-il se retrouver seul à nouveau ?

 

 

Lorsque le dernier oiseau le quitta, l’Ours sentit de plus en plus un froid mordant sur ses épaules. La fatigue s’empara de lui, il était temps pour lui d’aller dormir pendant tout l’hiver. Allait-il un jour revoir ses amis ? Ou bien était-il heureux de retrouver enfin sa vie tranquille d’avant ?

 

En fait, il était triste et ses amis lui manquaient terriblement. Il laissa son chapeau vide à l’extérieur, au cas où les oiseaux reviendraient, et puis, de toute façon, comment aurait-il pu entrer chez lui avec un tel chapeau ?
« Ça m’est égal de savoir où ils sont partis, se dit-il, ça m’est bien égal ! » Et disant cela, il préparait des graines pour le cas où ils reviendraient. « Ça m’est vraiment égal… » ajoutait-il tout en regardant chaque jour par la fenêtre s’ils étaient revenus.

 

 

L’Ours essaya de rester éveillé, aussi longtemps qu’il le put, mais il finit par tomber dans un long sommeil profond pendant tout l’hiver.
Si quelqu’un était passé par là, il aurait pu entendre les ronflements réguliers de l’Ours.
La neige recouvrit peu à peu toute la campagne et le calme s’installa.

 

♥ ♥ ♥

 

Un matin de printemps, l’Ours se réveille de ce long sommeil.
Il avait rêvé d’Oiseaux et, très vite, il se rendit compte que ce qu’il entendait au dehors c’était bien des chants d’Oiseaux.
Il sortit et les vit. Pendant son sommeil, des racines avaient poussé sous son chapeau, et celui-ci était devenu un grand et bel arbre.
Les graines que les Oiseaux avaient apportées, avaient dû germer.

 

 

C’était le printemps et les Oiseaux étaient revenus chez eux, dans leurs nids, après avoir passé l’hiver dans les pays chauds.
L’Ours se réjouit alors de leur présence, et cette fois-ci, il le reconnut…

 

 

 

Ayano Imai
Pendant qu’il dort
Paris, Minedition, 2015
Publicités