Le petit écureuil frileux

 

Il était une fois un petit écureuil qui avait froid du matin au soir, le jour la nuit : tout l’hiver, il était gelé.
Mais c’était la nuit qu’il avait le plus froid.

 

Et le soir de Noël, brrrrrrrr ! impossible de dormir. Il sortit et s’assit sur une branche couverte de neige, en frissonnant sous les étoiles.
— Il fait plus froid que jamais, dit-il. Mais on dirait une nuit magique, une nuit de conte de fées.
Il descendit de son arbre.
Il trottina dans la neige.
— Je vais peut-être trouver un manteau magique. Et peut-être aussi des bottes fourrées.
Mais il ne trouva rien en cette nuit calme et paisible.

 

 

Soudain, il aperçut quelque chose dans le lointain, quelque chose qui avait l’air accueillant et chaud.
C’était une petite maison douillette ; aux fenêtres, il y avait des bougies qui scintillaient.
Le petit écureuil courut vers la maison et grimpa sur le toit pour regarder par la cheminée. C’était la maison des ratons laveurs et, assise au coin du feu, une petite ratonne disait à sa maman :
— Si seulement le Père Noël pouvait m’apporter une poupée vivante !

 

Juste à ce moment, le petit écureuil frileux glissa et tomba la tête la première dans la cheminée !
La petite ratonne le prit dans ses bras.
— Voilà ma poupée vivante ! s’écria-t-elle. Je vais lui faire un petit manteau bien chaud et des bottes fourrées !
Et le petit écureuil frileux se blottit bien douillettement dans ses bras.

 

 

C’était vraiment une nuit de conte de fées…

 

Richard Scarry
Le Noël des animaux
Paris, Albin Michel, 2010