Ralentissons ! Avec les livres…

 

Pour sa trente-cinquième édition, le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis fait, à Montreuil, du mercredi 27 novembre au lundi 1er décembre 2019, l’éloge de la lenteur. À l’occasion de la Journée internationale du livre pour enfants de 2 avril 2019 (Children’s International Book Day), l’écrivain et illustrateur lituanien Kęstutis Kasparavičius avait adressé au monde, sous l’égide de l’Ibby (Union internationale pour les livres de jeunesse), ce message prémonitoire.
 
 

 

LES LIVRES NOUS AIDENT À RALENTIR

 

  « Je suis pressé ! Je n’ai pas le temps ! Au revoir ! », ce sont des exclamations qu’on entend, probablement, non seulement en Lituanie, au cœur de l’Europe, mais également un peu partout dans le monde. Tout comme on entend souvent argumenter que nous vivons dans une époque d’abondance d’informations, de hâte, de précipitation.
  Mais d’un coup, quand on prend un livre, on se sent un peu différemment.
  Il semblerait que les livres aient une qualité remarquable : ils nous aident à ralentir.
On ouvre un livre, on plonge dans ses calmes profondeurs, et on oublie la peur que tout passe à une vitesse incroyable, sans qu’on puisse voir quoi que ce soit, sans rien voir. On commence à envisager la possibilité de laisser de côté, sans précipitation incontrôlable, des tâches dont l’urgence fait douter.
  Dans le livre, tout se passe silencieusement, calmement… Peut-être en est-il ainsi puisque les pages du livre sont numérotés, avec de petits nombres ? Ou puisque le murmure de ces pages est si calme, si léger, quand on les tourne, les unes après les autres ?
  Dans le livre, tout ce qui a déjà eu lieu dans le passé va doucement à la rencontre de tout ce qui va arriver à l’avenir…

 

  Le monde du livre est très ouvert ; la réalité, amicale, y rencontre l’irréel, la fantaisie. Alors parfois, on ne sait plus où l’on a vu, dans le livre ou dans la vie, la beauté des gouttes de la neige fondue qui tombent du toit d’une maison, la joliesse de la clôture mousseuse d’un voisin. A-t-on appris du livre ou du monde réel que les baies du sorbier sont belles, mais aussi amères ? C’était dans le monde du livre ou dans le monde réel que l’on restait allongé, en été, dans l’herbe, assis ensuite, jambes croisées, à observer le mouvement des nuages dans le ciel ?
  Les livres nous aident à ralentir, les livres nous enseignent comment observer, les livres nous invitent, les livres nous forcent même à rester assis. Car le plus souvent, nous lisons assis, le livre sur une table ou sur nos genoux, n’est-ce pas ?
  N’avez-vous pas déjà vécu encore un miracle : quand vous lisez un livre, c’est plutôt le livre qui vous lit ?
  Oh oui, les livres savent lire. Ils lisent votre front, vos sourcils, vos lèvres qui bougent, d’abord vers le haut, ensuite vers le bas, mais surtout, bien entendu, ils lisent vos yeux. Et à travers vos yeux, ils voient… Vous savez très bien ce qu’ils voient !

 

  Je suis certain que les livres sur vos genoux ne s’ennuient pas, même pas un seul instant. Car celui qui lit, qu’il soit enfant ou adulte, est bien plus intéressant, cela va de soi, que celui qui trouve l’idée de prendre un livre dans ses mains, toujours à la hâte, que celui qui ne prend pas le temps de s’assoir et ne voit pas beaucoup de choses…
  Lors de cette Journée Internationale du Livre pour Enfants, souhaitons-nous les uns aux autres des livres intéressants.
  Souhaitons-nous les uns aux autres encore une chose : que nous soyons nous-mêmes intéressants pour les livres !

 

 

Kęstutis Kasparavičius
www.crilj.org/2019
(Traduit du lituanien par Liucija Černiuvienė)

 

Souhaitez-vous télécharger le PDF ? Le voici !

Ralentissons ! Avec les livres !