Une si petite graine

 

C’est l’automne.
Le vent souffle. Il soulève les graines de fleurs au-dessus du sol et les emporte. Parmi elles, il y en a une qui est toute petite, minuscule ! Est-ce qu’elle parviendra à suivre les autres ? Et d’ailleurs où vont-elles toutes ces graines ?
Une graine vole plus haut que les autres. Elle monte, elle monte, plus haut, plus haut, si haut qu’elle se brûle aux rayons du soleil. Mais la toute petite graine est toujours du voyage.
Une graine atterrit au sommet d’une montagne couverte de glace. Là-haut la glace ne fond jamais, elle ne pourra jamais s’enraciner.

 

 

Les autres graines poursuivent leur chemin, mais la plus petite est un peu à la traîne.
Les graines traversent l’océan. Une graine tombe à l’eau et coule.
Emportées par le vent, les autres continuent mais la plus petite ne vole pas aussi haut qu’elles.
Une graine se pose au milieu du désert.
Il y fait chaud et sec. Elle ne pourra pas pousser. La toute petite graine vole presque à ras du sol, maintenant, mais le vent continue à l’entraîner.
Soudain, le vent cesse de souffler et les graines tombent doucement sur le sol. Un oiseau arrive et picore une graine, mais pas la toute petite.
Elle est tellement petite qu’il ne la voit même pas.

 

 

Pendant l’hiver, les graines se reposent de leur long voyage. La neige les recouvre d’une couverture blanche.
Dans le sol vit aussi une souris. Comme elle a faim, elle grignote une graine pour son repas. Elle ne remarque pas la toute petite graine qui dort tranquillement.

 

Puis le printemps arrive. Les graines gonflent, s’arrondissent et enfin elles s’ouvrent.
À partir de ce moment-là, ce ne sont plus des graines. Ce sont des plantes. D’abord, elles plongent leurs racines dans le sol. Puis leur tige sort de terre, leurs feuilles se déplient et elles commencent à grandir.
Mais il y en a une qui pousse beaucoup plus vite que les autres. C’est une mauvaise herbe. Elle est déjà si grosse qu’elle empêche le soleil et la pluie d’atteindre la plante qui pousse à côté d’elle.
Alors la plante meurt, étouffée.
La toute petite graine ne s’est pas encore réveillée. Bientôt, il sera trop tard ! Enfin, elle se décide et lance vers le ciel une tige fragile.

 

 

Le retour du soleil invite les enfants à reprendre leurs jeux au jardin. Eux aussi attendaient le printemps ! Un enfant se met à courir. Il n’a pas vu les jeunes plantes et – oh, il en a cassé une ! Celle-là ne grandira plus.
La petite plante née de la toute petite graine pousse à toute allure. Mais sa voisine pousse encore plus vite : elle a déjà sept feuilles !
Bientôt, un bouton se forme, puis une fleur.
Mais qu’est-ce qui se passe ?
D’abord, il y a un bruit de pas. Puis une ombre s’étend sur les deux plantes. Une main s’avance et brise la tige de la fleur.
Un garçon l’a cueillie pour son amie.

 

 

L’été est là, et il ne reste plus qu’une plante : celle qui est sortie de la toute petite graine. Le soleil la réchauffe, la pluie la rafraîchit. Elle se couvre de feuilles. Elle pousse encore et encore, comme si elle ne devait jamais s’arrêter. Bientôt elle domine les gens, les arbres et les maisons. Au sommet de sa tige, une fleur s’ouvre, si grande qu’on vient de partout pour l’admirer.
Tout au long de l’été, oiseaux, abeilles et papillons s’empressent autour d’elle. Ils n’ont jamais rien vu d’aussi beau que la fleur géante.

 

 

Puis l’automne revient.
Les jours raccourcissent. Les soirées fraîchissent. Et le vent, en soufflant, arrache les feuilles jaunes et rouges. Des pétales se détachent de la fleur et se mêlent au ballet tourbillonnant des feuilles.
Le vent souffle plus fort. La fleur, qui a perdu presque tous ses pétales, se courbe et penche sur sa tige.
Le vent souffle encore plus fort. Il secoue la fleur encore et encore.
Alors, du cœur de la fleur, un tas de petites graines se détachent, que le vent emporte aussitôt.

 

 

 

Eric Carle
Une si petite graine
Namur, Mijade, 2005

 

Voici de PDF !

Une si petite graine