La dame aux livres

 

Annelise a donné des coups de pied à la terre et aux décombres sur le trottoir.
Les femmes nettoyaient encore des morceaux de bâtiments brisés et des
trottoirs, avec des balais et à mains nues. Ne pouvaient-elles pas voir que la rue ne
serait jamais ce qu’elle était avant la guerre ?

Au marché, Annelise a repéré une peau d’orange sur le sol. Elle essuya la saleté du mieux qu’elle pouvait, et même si son estomac gargouillait, elle l’a donnée à son frère.

Pierre a grignoté l’intérieur. « Mmm, a-t-il dit. Danke. [Merci.] »

À proximité, une file de personnes disparaissait à l’intérieur d’un long bâtiment. Peut-être, pensa Annelise, quelqu’un distribuait-il de la nourriture. Elle prit la main de Pierre et se joignit à la queue.

Mais… à l’intérieur de la grande salle, il n’y avait que des livres.

Publicité