Quand Florica prend son violon

 

       Ce matin, Florica est arrivée à la gare. La grande gare de la grande ville.
       Hier, elle a marché toute la journée jusqu’au train. Elle a voyagé toute la nuit.
Voyagé, ou plutôt fui, car dans son pays c’est la guerre. Une explosion épouvantable, la maison en feu, et personne pour éteindre le début d’incendie. Alors vite ! Florica a fourré quelques vêtements dans son sac à dos, puis elle a pris son ourson et, surtout, son violon dans son étui. Et avec ses parents, elle s’est enfuie loin du village.

 

♦♦♦

 

       Quand ils descendent du train, c’est un autre pays. Les gens ont l’air pressé, ils parlent une drôle de langue. Florica les regarde s’agiter, elle ne comprend pas leurs paroles. Elle se sent perdue…

    

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.