Baguettes d’ivoire

Baguettes d´ivoire

Conte du philosophe chinois Han Fei  (IIIe siècle avant notre ère)
 
 
      Dans l’ancienne Chine, un jeune prince décida de se faire fabriquer une paire de baguettes avec un morceau d’ivoire d’une grande valeur. Lorsque le roi son père, qui était sage, en eut connaissance, il vint le trouver et lui expliqua la chose suivante :
     — Tu ne dois pas faire cela, car cette luxueuse paire de baguettes risque de te mener à ta perte !
     Le jeune prince était interloqué. Il ne savait si son père était sérieux ou s’il se moquait de lui. Mais le père poursuivit :
     — Lorsque tu auras tes baguettes d’ivoire, tu te rendras compte qu’elles ne vont pas avec la vaisselle de grés que nous avons à notre table. Il te faudra des tasses et des bols de jade. Or, les bols de jade et les baguettes d’ivoire ne souffrent pas des mets grossiers. Il te faudra des queues d’éléphants et des foies de léopards. Un homme qui a goûté des queues d’éléphants et des foies de léopards ne saurait se contenter d’habits de chanvre et d’une demeure simple et austère. Il te faudra des costumes de soie et des palais magnifiques. Pour cela, tu saigneras les finances du royaume, et tes désirs n’auront pas fin. Tu aboutiras bien vite à une vie de luxe et de dépenses qui ne connaîtra plus de bornes. Le malheur s’abattra sur nos paysans, et le royaume sombrera dans la ruine et la désolation. Car tes baguettes d’ivoire sont comme la mince fissure dans la muraille, qui finit par détruire tout l’édifice.
 
 
     Le jeune prince oublia son caprice et devint plus tard un monarque réputé pour sa grande sagesse.

 

Publicités