On ne peut découvrir…

On ne peut découvrir

On ne peut découvrir de nouvelles terres

sans consentir à perdre la rive de vue pendant longtemps.

Levez l’ancre et prenez la mer.

Lancez-vous, sentez le vent qui souffle dans votre dos.

Fixez le regard sur l’horizon.

Ou restez sur la berge.

Mais choisissez.

 

André Gide

 

Publicités

Le bol en bois

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

      Un vieil homme s’en alla demeurer avec son fils, sa belle-fille, et son petit-fils de quatre ans. Les mains du vieil homme tremblaient, sa vue était embrouillée et sa démarche chancelante.       Un jour, la famille … Lire la suite

Petit Indien Terre-de-Neige, Petite Indienne Feuille-qui-Danse

Galerie

Cette galerie contient 14 photos.

  PETIT INDIEN TERRE-DE-NEIGE   Terre-de-Neige était né par un matin d’hiver, alors que la plaine dormait sous une couverture blanche. Comme un petit arbre, il avait grandi, de saison en saison. Terre-de-Neige aimait aller jusqu’au ruisseau. Mais il rentrait … Lire la suite

Mon père, ce grand homme…

pai filha mm

Un grand homme est mort aujourd’hui.

Il n’était pas un leader de ce monde, ni un médecin célèbre,

ni un héros de guerre, ni un athlète de renom.

Il n’était pas non plus un audacieux capitaine d’industrie

et jamais vous ne verrez son nom dans les pages financières des journaux.

Il était néanmoins un des plus grands hommes à avoir jamais vécu.

Il était mon père.

 

Je pense qu’on pourrait affirmer qu’il n’était aucunement intéressé aux honneurs.

Il ne fit que des choses banales comme être disponible pour tout le monde,

ne dire du mal de personne, respecter animaux et plantes

(il aurait aimé être jardinier…),

militer dans les comités d’école, aider ses enfants à faire leurs devoirs.

En plus, il prenait plaisir à faire le taxi pour ses ados et leurs amis

qui assistaient aux matchs de football.

 

Ce soir, pour la première fois, il n’est plus là.

Je ne sais que faire et j’éprouve du regret pour toutes les fois

où je ne l’ai pas traité avec le respect qu’il méritait.

Mais je lui suis reconnaissant pour un tas d’autres choses.

Par-dessus tout, je suis reconnaissant de l’avoir aimé et connu pendant 15 ans.

Je suis heureux aussi d’avoir eu l’occasion de lui dire à quel point je l’aimais.

Cet homme merveilleux s’est éteint le sourire aux lèvres et le cœur content.

 

Il savait qu’il avait été à la hauteur comme époux et comme père,

comme frère, fils et ami.

Je me demande combien de gens peuvent en dire autant.

 

Auteur Inconnu