Sylvestre et l’oiseau

 Sylvestre et l´oiseau

 

       Loin, très loin d’ici, tout en haut d’une haute montagne vivait un petit dragon qui brillait de tous ses feux. Il s’appelait Sylvestre. Sylvestre aimait beaucoup sa maison couverte de feuillage, mais quelquefois, il était triste.
       Il avait cherché partout dans le vaste monde mais jamais il n’avait trouvé aucun dragon, et il se sentait bien seul.
       Un jour, en tournant machinalement la tête, il vit juste au-dessous de lui un petit oiseau tout aussi surpris qu’il l’était. L’oiseau était en train de bâtir un nid et Sylvestre pensa qu’il pourrait peut-être l’aider.
       C’est ainsi qu’ils devinrent amis.
 
       C’était tellement bien d’être ensemble !
       L’oiseau et Sylvestre étaient tout le temps ensemble, comme tous les vrais amis aiment l’être.
       Cependant, lorsque l’oiseau se mit à gazouiller et à parler avec les autres oiseaux, Sylvestre se sentit bien seul. Évidemment, l’oiseau était avec ses semblables et Sylvestre était vraiment différent. Mais lui n’avait aucun dragon autour de lui.
       Sylvestre s’éloigna tout en regardant là-haut vers le ciel étoilé.
       Qui sait ?
       D’autres dragons vivaient peut-être sur la lune. Il pourrait peut-être y aller voir, mais à la seule pensée de laisser l’oiseau, il se sentit plus triste que jamais.
       L’oiseau voyait bien que Sylvestre n’était pas heureux. Il eut alors une idée ! Et s’ils grimpaient ensemble vers la lune ?
 
       Les voilà partis, grimpant à toute allure vers les cieux d’un bleu limpide.
       Mais alors que Sylvestre et l’oiseau s’élevaient de plus en plus dans le ciel, ce dernier sentit le froid et l’épuisement.
 
       Soudain,
                   il commença à tomber,
                                                        tomber,
                                                                       de plus en plus vite,
                                                                                                       traversant les nuages.
 
       Sylvestre poussa un grand cri et vira aussitôt de bord pour essayer d’attraper son tout petit ami et le ramener en sécurité vers la maison.
 
       C’est ainsi que Sylvestre réalisa qu’il n’avait pas besoin d’autres dragons pour se sentir heureux.
       Ce petit oiseau adorable était vraiment son meilleur ami au monde.

 

 

Catherine Rayner
Sylvestre et l’oiseau
Zurich: Minedition, 2010
Publicités